L'équipe de l'espace de fabrication de l'Université Old Dominion

Université Old Dominion

Un espace d'ingénierie pour les étudiants qui dépasse les attentes

Éducation

L'Université Old Dominion utilise les imprimantes 3D Ultimaker pour offrir un nouveau niveau d'innovation et de confiance aux étudiants en ingénierie.

Lorsque Aric Veatch, étudiant en ingénierie, a commencé à donner un coup de main au nouvel Engineering Makerspace and Invention Center (EMIC) de l'université en 2017, il a été intrigué par les imprimantes 3D Ultimaker du centre. « Les données à long terme et opérationnelles des systèmes Ultimaker étaient bien meilleures que celles du concurrent le plus proche et le coût d'achat était exceptionnel », a déclaré Veatch. « J'ai tout de suite pensé qu'il fallait que je voie si elles étaient à la hauteur des attentes définies. »

En 2017, le doyen du Frank Batten College of Engineering & Technology de l'Université Old Dominion de Norfolk, en Virginie, a eu l'idée de créer un espace de fabrication avancé, détenu et géré par les étudiants. C'est ainsi qu'a été créé l'Engineering Makerspace and Invention Center, doté d'un budget de 1,5 million de dollars, qui permet à tous les étudiants de tester de nouvelles idées de conception. Le centre offre une gamme de ressources comprenant la conception et les essais CAO, la production électronique, l'usinage du métal, du bois et des composites, la soudure, la finition et l'impression 3D.

« Le centre a été conçu avec pour mission de produire des ingénieurs en tant que penseurs critiques, leaders et résolveurs de problèmes », a déclaré Rafael E. Landaeta, docteur, doyen associé de l'Engineering Makerspace and Invention au Frank Batten College of Engineering & Technology. « Notre objectif consiste à donner aux étudiants ingénieurs l'avantage dont ils ont besoin avec des compétences employables sur le marché. »

Utilisation des imprimantes 3D Ultimaker dans l'espace de fabrication
À l'intérieur de l'Engineering Makerspace and Invention Center de l'ODU
Impression 3D Ultimaker de pièces pour un projet étudiant
L'imprimante 3D Ultimaker en fonctionnement

Avec les imprimantes 3D, l'objectif était de permettre aux étudiants d'avoir accès à des outils de prototypage rapide afin qu'ils puissent créer des pièces finies dans l'espace de travail attenant qui dispose d'un éventail d'outils de fabrication traditionnels. Selon M. Veatch, la qualité des imprimantes 3D et des matériaux était toutefois suffisamment élevée pour que la plupart des conceptions ne soient pas seulement prototypées dans l'espace de fabrication mais produites sous forme de pièces d'utilisation finale imprimées en 3D.

« Nous voulions disposer d'une variété d'imprimantes différentes, mais nous avons prêté une attention particulière à la réputation du fabricant, à la fiabilité de longue date de son service et à la facilité d'utilisation de ses produits », a déclaré le Dr Orlando Ayala, directeur de l'EMIC. « Ultimaker répondait indéniablement à tous les critères. »

Une évolution dans l'apprentissage

L'EMIC a été conçu pour permettre l'idéation et le prototypage de ces idées ; de nombreux étudiants en ont saisi l'occasion. Deux imprimantes 3D de bureau Ultimaker S3 et une imprimante S5 ont rapidement fait partie du programme du service d'ingénierie. M. Veatch a été nommé responsable des opérations pour les étudiants dans le cadre de ses études supérieures afin de faire fonctionner les imprimantes 3D ainsi que d'autres systèmes d'ingénierie de l'EMIC.

« L'utilisation des imprimantes 3D a rapidement augmenté », a-t-il déclaré. « En novembre 2019, toutes les imprimantes étaient utilisées en permanence et nous avions commandé une autre Ultimaker S3 pour répondre à la demande. »

Les systèmes Ultimaker emploient la technologie de fabrication de filaments fondus (FFF) et sont suffisamment compacts pour être installés sur un bureau, tout en offrant des tailles de fabrication généreuses : la S3 offre une taille de fabrication allant jusqu'à 230 x 190 x 200 mm avec une fusion de matériaux double. La S5 peut, par ailleurs, fabriquer des pièces de dimensions pouvant atteindre 330 x 240 x 300 mm - toutes deux sont équipées d'un système pouvant produire des épaisseurs de couche jusqu'à 20 microns.

Ces spécifications permettent aux étudiants de voir grand. Les idées et les pièces créées ont rapidement progressé au point que les étudiants ne se contentaient pas de concevoir et de produire des pièces pour leurs cours, mais expérimentaient et produisaient des pièces pour d'autres défis d'ingénierie.

Les pièces produites vont des rouleaux de précision aux masques de personnages fictifs en passant par les pièces difficiles à approvisionner pour les véhicules.

Pièces imprimées en 3D de l'espace de fabrication de l'Université Old Dominion (ODU)
Impressions de test comprenant un moteur à 4 temps imprimé en PLA blanc, une table en tenségrité (ABS jaune), un arbre de Noël en spirale (ABS blanc et bleu) et une main articulée (PLA gris)

Ultimaker propose également plus de 150 matériaux à ses clients et les étudiants en ingénierie se sont rapidement concentrés sur leurs produits préférés.

« Les matériaux fournis par Ultimaker, en particulier le TPU et le PLA, permettent de livrer des pièces d'utilisation finale pour certains scénarios d'ingénierie, comme des bagues pour un changement de vitesse », a déclaré Veatch. « Il était surprenant de voir une évolution dans ce que les étudiants croient possible avec l'impression 3D ; ils sont rapidement passés de projets basiques à des projets très avancés. »

En fin de compte, il affirme que l'impression 3D engendre une génération de meilleurs ingénieurs qui pensent dans l'espace 3D et évoluent à un rythme plus rapide.

« L'expérience de l'espace de fabrication avec Ultimaker a permis à nos étudiants en ingénierie de dépasser complètement leurs attentes quant aux résultats qu'ils pourraient obtenir », a déclaré le Dr Landaeta. « Nous avons été épatés par le travail des étudiants. »

Facilité d'utilisation

Veatch a cité les avantages suivants de la production à l'aide des plateformes Ultimaker : facilité d'utilisation, facilité de maintenance, matériaux de haute qualité, logiciel complet et faible coût de propriété.

« Une fois que j'ai sorti l'imprimante 3D de la boîte, il m'a fallu une demi-heure pour être opérationnel », a déclaré Veatch. « Comme vous pouvez facilement interchanger les print core, il est facile de faire fonctionner une imprimante pendant que vous en réparez une autre. »

Il cite également les matériaux de haute qualité fournis avec l'Ultimaker, notamment les matériaux PLA et TPU, mais aussi la liberté d'approvisionnement et d'utilisation des filaments issus d'autres sources sans aucune restriction.

Tous les systèmes Ultimaker sont fournis avec le logiciel Cura, une solution logicielle gratuite et performante de préparation d'impression 3D. Il fonctionne avec tous les principaux formats de fichiers CAO, il est open source, permettant ainsi à tout le monde d'y avoir accès.

« Le logiciel Cura est tout simplement génial pour la préparation de l'impression », a-t-il déclaré. « On peut également apporter des modifications aux données d'impression à la volée pendant une impression – un avantage pour résoudre un problème sans avoir à redémarrer totalement la fabrication. »

L'ingénierie dans une classe virtuelle

Les ordres de rester à la maison pour les étudiants et les professeurs des établissements d'enseignement de tout le pays ont perturbé de nombreux cours. Cependant, le Dr Landaeta et le Dr Ayala ont intégré cela dans la foulée comme une étude pilote très rapide et inattendue sur la façon dont les études d'ingénierie peuvent être menées dans un environnement virtuel.

« Des processus d'ingénierie virtuelle ont été implémentés avec succès dans des organisations commerciales », a déclaré le Dr Landaeta. « Cela a toutefois nécessité un bon investissement en temps et en technologies. Ces trois derniers mois, nous avons simplement accéléré ce qui nous semblait prendre des années pour devenir normaux en ingénierie. »

Le Dr Landaeta souligne qu'une grande partie de l'ingénierie nécessite des travaux pratiques pour la production de pièces et de produits, ce qui signifie que si le travail de conception peut facilement être réalisé dans un espace virtuel, les étapes de prototypage, de test, de production et de maintenance nécessitent toujours une équipe étendue dans un espace physique. L'impression 3D aide toutefois à surmonter certaines de ces limites.

Logo de l'espace de fabrication de l'ODU en tant qu'impression 3D

Pour le prochain programme Summer Bridge qui initie les élèves de terminale au programme d'ingénierie de l'université, les pièces imprimées en 3D sont devenues une option rentable pour poursuivre le cours dans un environnement virtuel. L'équipe a imprimé en 3D de manière rentable et a fourni des modèles de transmission complets aux élèves afin qu'ils puissent poursuivre le programme dans un environnement virtuel.

« Les technologies d'impression 3D basse fidélité sont suffisamment abordables pour que l'on puisse en disposer chez soi », a déclaré Landaeta. « Rien ne remplace le fait de toucher et de tenir un prototype, de le déplacer, de le placer en perspective par rapport à d'autres objets et de sentir sa surface. »

Pour confirmer cette théorie, les imprimantes 3D ont été transportées au domicile de M. Veatch lorsque le confinement a commencé, où leur faible encombrement est resté facile à manipuler.

« Déplacer les imprimantes 3D est rapide et facile, » a déclaré Veatch. « Il est moins facile de déplacer les plus grandes machines de fabrication traditionnelles et il faut de la place pour les stocker. Les imprimantes Ultimaker sont propres et suffisamment petites pour être utilisées chez moi. »

Les données de conception 3D sont envoyées à Veatch via l'Intranet de l'université, les pièces ensuite sont imprimées et renvoyées à l'étudiant pour une analyse et un test.

« Le Batten College of Engineering & Technology prévoit de soutenir l'enseignement de cette nouvelle norme d'ingénierie. Nous devons désormais apprendre à nos étudiants à devenir des ingénieurs performants dans des environnements d'ingénierie virtuels », a déclaré le Dr Landaeta. « Les technologies d'impression 3D sont à la pointe de ces efforts, permettant aux étudiants de réaliser des prototypes depuis le campus ou depuis chez eux. »

L'EMIC prévoit maintenant d'augmenter le nombre d'imprimantes 3D disponibles et espère en exploiter entre 12 et 20 à l'avenir. Ils cherchent également à étendre le fonctionnement de l'impression 3D avec le logiciel Ultimaker Digital Factory afin de permettre de gérer le parc d'imprimantes 3D à mesure qu'il s'agrandit.

« Nous sommes très satisfaits des imprimantes 3D Ultimaker. Les étudiants ont été en mesure de travailler sur des projets étonnants avec facilité », a déclaré le Dr Ayala. « Nous prévoyons d'acheter d'autres imprimantes 3D Ultimaker à l'avenir. »

Regardez la démonstration technique de l'Ultimaker S3

Lire d'autres témoignages clients